×

Auteurs










BALICKI Ron

Ron BALICKI (1963-) a commencé sa pratique des arts martiaux à la fin des années 1960 à Chicago où il deviendra adjoint du Shérif du comté de Cook. En 1982, il s'installe à Los Angeles et commence à étudier avec Dan Inosanto. Il obtient sa certification d'instructeur en Maphilindo Silat, Filipino Kali et Jun Fan Gung Fu (concepts Jeet Kune Do) et pratique le Wing Chun avec Randy Williams. Il a été garde du corps de stars du cinéma et de la musique hollywoodiennes telles que Steven Seagal, Public Enemy, Kid 'n Play, Queen Latifah et DJ Jazzy Jeff et Will Smith. Il occupe une place à part dans la célèbre école d’arts martiaux INOSANTO ACADEMY au Sud de Los Angeles où il enseigné de 1993 à 1998 et dirigé l’école pendant 3 ans. Il est devenu le gendre de Dan Inosanto en épousant sa fille Diana Lee Inosanto, filleule du célèbre Bruce Lee....






































DACASCOS Mark

Mark Dacascos (1964-) est né à Honolulu et a grandit à Hambourg. D'origines très variées (japonaises et irlandaise par sa mère, chinoises, philippines, espagnoles par son père) ses parents lui enseigne les arts martiaux dès l'âge de quatre ans. À neuf ans, il remporte son premier tournoi international. Son père, Al Dacascos, est le co-fondateur du Kajukembo et le fondateur du Wun Hop Kuen Do. Mark maîtrise huit arts martiaux, dont le karaté et la self-défense qui caractérise le style de son père, la gymnastique qu'il a apprise dès son plus jeune âge, le kung-fu wushu et la capoeira (qu'il apprit avec Amen Santo, son professeur dans le film Only the Strong). Mark Dacascos en connaît beaucoup sur les méthodes de perfectionnement du combattant et en a fait une vidéo.




DE BREMAEKER Marc

Marc de Bremaeker pratique les arts martiaux depuis plus de 45 ans. Réputé pour la rapidité de ses coups de pied à son heure de gloire en compétition, il a toujours cherché des réponses au-delà des frontières définies par son art martial d’obédience : le karaté. Fasciné par les racines communes que partagent de nombreux arts mar- tiaux, il s’est lancé avec enthousiasme dans l’étude de moult styles et écoles. Il est titulaire d’une ceinture noire dans plusieurs arts (karaté, judo, tai-jutsu) et styles (Shotokan, Wado-ryu, Shi Heun). Il s’est également essayé au taekwondo, à la savate, au kick-boxing, à la capoeira, aux styles de karaté Shotokai, Kyokushinkai et Sankukai, à l’aiki-jutsu et aux styles souples du kung-fu.






DESHIMARU Taisen

Taisen DESHIMARU, (1914-1982) est un maître bouddhiste zen japonais de l'école Soto. Disciple de Kôdô Sawaki, qu’il a suivi pendant 30 ans, Taisen Deshimaru reçoit l’ordination monastique en 1965, peu de temps avant la mort de Sawaki. Suivant le vœu de son maitre de propager le zen en Occident, Deshimaru se rend en France en 1967 par le Transsibérien. Arrivé à Paris, il travaille dans un magasin d’alimentation macrobiotique. Alors qu’il ne parle qu’un anglais rudimentaire, il pratique zazen dans l’arrière-boutique, ce qui attire à lui progressivement des disciples qu’il initie ainsi au Zen. Il est le fondateur de plus de 100 dojos en Europe, en Afrique du Nord et au Canada, ainsi que du temple de La Gendronnière (Association Zen Internationale ou AZI) dans la vallée de la Loire, qui devient le premier et le plus grand temple zen de toute l'Europe.








EGAMI Shigeru

Shigeru Egami (1912-1981) fut président et instructeur en chef du dôjô Shôtô kan de la Japan Karate-Dô Shôtôkai. En 1937, sur les recommandations de Gichin Funakoshi, il fut nommé membre du Comité d’Evaluation du dôjô Shôtôkan. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il reprit les entraînements sous la tutelle de maître Funakoshi et assista ce dernier dans son enseignement. Il était le chef de file du style Karaté Shotokai. Le Maître Egami encourage la création d'écoles au Japon et dans le monde entier. Il supervise, en 1975, la reconstruction du Shotokan Dojo, à Tokyo, Shibaura (actuellement à Mejiro-ku, Toshima-ku), et en devient, dès 1976, le Shihan (chef des instructeurs). En juin de la même année, il visite cinq pays d'Europe, dont la France où l'accueille le représentant de son association Shotokai, le Maître Tetsuji Murakami. Il rédige The Way of Karate : Beyond technique, édité en France sous le titre L'Essence du Karate-dô : Ce que cache la technique.










FRAGUAS Jose Maria

Jose-Maria FRAGUAS (1965-) débute l'étude des arts martiaux avec le judo à Madrid dès l'âge de neuf ans, puis il s’intéresse au taekwondo et au kenpô-karate, décrochant une ceinture noire dans les deux disciplines. Il étudie également le karaté Shitô- ryû avec les maîtres japonais Masahiro Okada et Yashunari Ishimi, style dont il détient le grade de 5e dan. Il commence sa carrière de journaliste à seize ans comme pigiste régulier dans des magazines de Grande-Bretagne, France, Espagne, Italie, Allemagne, Portugal, Hollande et Australie. Posséder la ceinture noire dans trois disciplines lui permet d’appréhender plus efficacement le côté physique des arts martiaux dans son écriture « Sentir avant d’écrire », dit-il. Son parcours de journaliste et écrivain l’amène à écrire des dizaines de livres et à contribuant aux magazines de 35 pays, dans trois langues différentes. Sa réputation et sa crédibilité d’artiste martial et d’éditeur atteignent les grands maîtres du monde entier. Il vit aujourd'hui à Los Angeles.




FUJITA Saiko ou Seiko

Saiko ou Seiko FUJITA (1898-1966), est le 14e Soke (chef) de la Kōga-ryū de ninjutsu et fut formé par son grand-père Fujita Shintazaemon, lui-même Soke de l’école. Auteur de plusieurs ouvrages et recherches sur les connaissances ancestrales, il est mondialement connu pour celles reprises par Henry Plée dans le célèbre Art sublime et ultime des points vitaux. Durant la Seconde Guerre mondiale, Fujita enseigne le style Nanban Sattō-ryū Kenpō à l'académie militaire de Nakano puis travaille ensuite comme spécialiste de la sécurité pour le gouvernement tout en enseignant les arts martiaux de la Kōga-ryū. Ses élèves les plus connus sont Motokatsu Inoue, Kenwa Mabuni, Fujitani Masatoshi, Tomisaburo Wakayama et Manzo Iwata (qui devindra héritier de certains de ses styles). Suivant la tradition, il eut un partenaire et élève secret (kage-deshi) du nom de Hitoshi Atashi, ninja secret qui était toujours en activité dans les années 1970. Fujita, qui ne laissa pas d'héritier du style Kōga-ryū, est considéré par certains comme le dernier vrai ninja et sa collection, la Fujita Saiko Bunko, est exposée au musée d'Iga-Ueno au château d'Odawara. Sylvain Guintard a traduit sa biographie sous le titre Le Dernier Ninja.


FUNAKOSHI Gichin

Gichin Funakoshi (1868-1957), père du karaté moderne, est connu dans le monde entier comme l’un des grands maîtres d’arts martiaux du XXe siècle. Né en 1868, à Shuri, préfecture d’Okinawa, il se forma au karate-dō dès son plus jeune âge et étudia les Classiques de Confucius. La première partie de sa vie fut consacrée à l’étude et, après s’être entraîné pendant des décennies auprès des plus grands maîtres d’Okinawa, il fut élu par ses pairs Président de l’Association pour l’Esprit des Arts Martiaux d’Okinawa. C’est en ce nom que lui fut confiée la première démonstration publique de karaté qui se déroula lors de la première exhibition nationale d’athlétisme à Tokyo en 1922. Pour répondre à la demande que suscita cet événement, il s’installa définitivement dans cette ville et fonda le Shōtōkan. C’est ainsi que le karaté quitta la clandestinité pour essaimer d’abord au Japon puis dans le reste du monde. Maître Gichin Funakoshi mourut en avril 1957 à l’âge de 89 ans. Il forma de nombreux grands maîtres : Obata, Okuyama, Egami, Harada, Hironishi, Takagi, Ohshima, Nakayama, Nishiyama, Taiji Kase…






GILLET Pierrick

Pierrick Gillet est gardien de la paix. Il enseigne le tonfa, la self-défense à son corps de métier et l'aïki jujitsu à Lyon. En 1997, déjà ceinture marron de judo et 2e dan en taï jitsu, il rencontre le maître Sugiyama. Face au disciple de Minoru Mochizuki Sensei, Pierrick Gillet commence la pratique de l'aïki jujitsu. À l'occasion de l'obtention de son 2e dan, le maître Sugiyama le présente à Minoru Mochizuki Sensei, le fondateur de l'aïki jujitsu au dojo Yoseikan, au Japon. Marqué par cette rencontre, Pierrick Gillet décide alors, avec la complicité de son maître, d'écrire ce qui pourra servir ni plus ni moins de référence technique pour cette discipline. Découvrir l'origine des techniques, perpétuer l'échange entre les pratiquants, permettre de « voir sans vraiment regarder », comme disait le moine zen Takuan Soho, devant la feuille qui cache l'arbre'




GRACIE Royce

Royce Gracie (1966-) est une personnalité importante du monde des arts martiaux mixtes (MMA) et le fils de Helio Gracie, le co-fondateur du Jiu-jitsu brésilien. Il est mondialement connu pour avoir révolutionné les arts martiaux, dans les années 1990, en introduisant les techniques du jiu-jitsu brésilien enseignées par sa famille dans les compétitions de MMA, et en remportant, lors des premières éditions de l'Ultimate Fighting Championship, des combats contre des adversaires beaucoup plus lourds que lui et venant de styles très différents. Son style particulier et ses techniques à base de combat au sol, soumission, clefs articulaires et étranglements, dont il a montré l'efficacité face aux écoles traditionnelles de combat aux poings, ont contribué à changer la philosophie des matchs de combat libre par la suite. Une de ses particularités est toujours combattre en keikogi (kimono). Il demeure le seul combattant professionnel à avoir vaincu quatre adversaires dans la même soirée (lors de l'UFC 2).




GRAY John

John Gray est l’auteur à succès et de référence des livres sur les relations de couples. Il est l’auteur de 17 ouvrages dont le très célèbre Les Hommes viennent de mars, les Femmes viennent de Vénus, ses livres se sont vendus à plus de 50 millions d’exemplaires et ont été traduit en plus de 50 langues autour du monde. John Gray est un expert internationalement reconnu dans les domaines de la communication et des relations de couples. Son principal objectif est d’aider les hommes et les femmes à mieux se comprendre, se respecter et finalement à mieux vivre ensemble. Le succès de John Gray vient de ses conseils faciles et pratiques qui sont illustrés par des exemples dans ses ouvrages et qui permettent aux lecteurs une compréhension immédiate. Depuis plus de 40 ans, John Gray organise des séminaires, aujourd’hui ce sont des milliers de personnes qui sont venues écouter ses précieux conseils.





GUINTARD Sylvain

Sylvain Kûban GUINTARD est pratiquant d'arts martiaux depuis 1975 dont une dizaine années en tant que résident permanent au Japon. Il commence l'étude des arts martiaux très tôt dans sa jeunesse par le kung-fu des styles Wutao, Long-chuan, Tang-lang, Pakua avec des professeurs asiatiques comme les maîtres Hoang- Nam, Willy Pham Loï et Yuen Man Chen durant plusieurs années. À l'âge de 20 ans et durant 2 années, il devient l'élève - pour le sabre - de Michel Coquet de l'école Tenshin Shoden Katori Shinto ryu. Souhaitant étudier en profondeur les arts martiaux traditionnels japonais, leur culture et leur spiritualité, il part vivre au Japon où il étudiera avec maître Yumio Nawa l'art de la chaîne nommée la 'chaîne au pouvoir de 10 000 hommes', manrikigusari, le jitte et les shuriken. Aujourd'hui, à 46 ans, il transmet à présent ses connaissances à travers des séminaires, de par le monde, sur les arts féodaux, shodo (calligraphie japonaise et sanscrite), butsug






HAMOT Claude

Claude Hamot (1927-2015) est un professeur français d'éducation physique et sportive spécialiste des sports de combat, pratiquant d'arts martiaux japonais, 6e dan kyoshi de Kendo. Il devient à la fin des années 1970 directeur de L'UFR-STAPS Paris V (Lacretelle). Il mène parallèlement des recherches sur le Budo Japonais. Président d'honneur, fondateur en 1973 du Comité National du Kendo de la F.F.J.D.A., il est diplômé de l'Institut national des langues et civilisations orientales. Il a enseigné au Cercle Parisien d'Escrimes Japonaises (Cepesja) qu'il a fondé en 1974. En 1994, quatre 7e dan Français de Kendo (Kenichi Yoshimura, Claude Hamot, Claude Pruvost et Jean-Claude Girot) ont importé en France, au sein de la Française de Judo, Jujitsu, Kendo et Disciplines Rattachées, le Chanbara du Japon. L'idée était de rendre le kendo, aux règles strictes et nécessitant une tenue spéciale et coûteuse, plus accessible. Au Japon, le chanbara, version plus ludique, existait déjà depuis une vingtaine d'années.














INOUE Egan

Egan INOUE (1965-) Américain de souche japonaise né à Honolulu, grappler à la renommée internationale, il est le premier non-Brésilien à avoir remporté le Championnat du Monde de Jiu Jitsu de Rio de Janeiro. Il se forme au karaté shotokan avec son grand-père puis il étudie le Wing Chun kung-fu, le taekwondo, le judo, le hapkido et le jujutsu avant de se lancer dans une carrière de racketball (sorte de squash) où il sera 2 fois champion du Monde. Il se forme au jiu-jitsu brésilien avec Relson Gracie puis à l'académie Machado. Inoue est titulaire d'une ceinture noire 4e degré en jiu-jitsu. Après une carrière en MMA où il bat Renzo Gracie dans l'épreuve du grappling (en 1999), il ouvre 3 écoles de formation MMA à Hawaï. La carrière d'Inoue en MMA l'a conduit à combattre au Pride, Shooto, Superbrawl et Luminex Cup. Il détient cinq titres de champion du monde.








JUILLE Guy

Guy JUILLE, né en 1947, pratique le judo de 1956 à 1969 et le style de karaté Shôtôkan dès le début des années 1960. En 1970, il rencontre Nino Satoru, enseignant le Shitô-ryû. Séduit par cette école dont la pratique lui paraît plus naturelle, il décide alors de chan- ger de style et de publier avec lui le premier ouvrage français sur les techniques du Shitô-ryû. En 1978, il part seul au Japon étudier avec Ogasahara Eiji, professeur de Nakahashi Hidetoshi, dont il sera l'assistant pendant près d'une décennie. Grâce aux experts de ko-budô Chinen et Adaniya, Guy Juille découvre le Shorin-ryû d’Okinawa, source du Shitô-ryû, qu’il pratiquera sous l’autorité de Kuniba Shogo. Il part à Okinawa pour étudier au Enbukan, dôjô de maître Nakamura Yoshio et c’est à ce moment qu’il décida de changer définitivement de style afin d'étudier en profondeur « les racines du karate-dô ». En avril 2001, maître Nakamura Yoshio le nomme Deshi, disciple et héritier direct du Shuri Shôrin-ryû.




KANAZAWA Hirokazu

Hirokazu KANAZAWA (1931-2019) est né au Japon le 3 mai 1931 dans une famille de jujitsukas. Il est un expert complet : kendoka dès son plus jeune âge puis judoka (2e dan) et boxeur, il se tourne vers le karaté à l’université de Takushoku, célèbre pour son dojo Shokokan. Il fut l’un des derniers élèves de Gichin Funakoshi avant de devenir le disciple de Masatoshi Nakayama, chef de file de l’école, et devint un des plus jeunes professeurs de la Japan Karate Association (JKA). La progression de maître Kanazawa est fulgurante : 1er dan en deux ans, il devient 2e dan, trois ans plus tard. Il remporte de nombreuses compétitions dont la première place au championnat du Japon de 1957 en combat (avec une main cassée) puis, l’année suivante, fait exceptionnel, il remporte le podium en combat et en kata. La JKA l’envoi à Hawaï, en 1961, comme instructeur en chef avec le grade de 5e dan, puis, en 1966, en Grande-Bretagne et en Allemagne. Il est nommé instructeur en chef pour l’Europe en 1967 avec le grade de 6e dan. Porté au grade de 7e dan, en 1973, il devient responsable de tous les enseignants JKA à l’étranger. En 1977, il quitte la JKA et fonde sa propre organisation, la Shotokan Karate-do International Federation (SKIF) dont il devient le président et qui compte 100 pays. Il pratique le taikyoku-ken (taïchi-chuan japonais) ce qui influencera son karaté qui devient plus fluide. En 1978, la Fédération Internationale d’arts martiaux lui décerne le 8e dan. Il reçoit, en 1988, le 9e dan et en 2002, le 10e dan. Le 12 juillet 2012, il est élevé au rang de Meijin (grand maître) devenant ainsi le 12e Meijin de l’Histoire et le 2e Karate-dô Meijin après Hironori Ōtsuka, le fondateur du style Wadō-ryū. Maître au charisme hors du commun, Hirokazu Kanazawa est aussi un expert en maniement des armes traditionnelles (kobudō) et auteur de nombreux livres et films vidéo didactiques.


KANÔ Jigorô

Jigoro KANÔ, (1860-1938), né en 1860 dans la préfecture japonaise d’Hyogo, est l’incarnation même de la révolution spirituelle de l’ère Meiji : puisant dans les racines de sa tradition tout en s’imprégnant des valeurs scientifiques et humanistes de l’Occident, il élabore le premier art martial moderne dont l’objectif n’est plus de combattre victorieusement ni de se combattre soi-même mais d’élever l’homme pour servir l’humanité. C’est ainsi qu’il créa le Kodokan Judo en 1882,une année après avoir obtenu son diplôme de l’université impériale de Tokyo dans différentes spécialités. Il fut un homme complet, à la fois tourné vers le corps et l’esprit. Sa réussite intellectuelle et son souci d’humaniste l’orientèrent vers une carrière professionnelle dédiée à l’éducation. Il fut professeur et principal de Gakushuin, principal de la première école supérieure, puis de l’école normale supérieure de Tokyo. Il se distingua par ses talents de pédagogue et considérait l’éducation comme un objectif politique, social et humain prioritaire. En 1889, en tant que membre du département de la Maison Impériale, il visita l’Europe pour étudier ses différents systèmes éducatifs. Son investissement dans le domaine éducatif et sportif ne se limitait pas aux frontières de son pays d’origine et il devint le pre- mier japonais à rejoindre, en tant que membre, en 1909, le comité olympique international et le premier président de l’association japonaise du sport amateur,fondée en 1911.Il obtint de son vivant toute la considération que son action sociale et son génie visionnaire méritaient, en étant élu membre de la chambre des Pairs en 1922. Voyageur incessant et curieux de tout et de tous, il mourut en mer, loin de sa terre natale en 1938, à bord du Hikawa Maru, sur le chemin de retour de la réunion du comité olympique inter- national au Caire.






KELLY Michael

Le docteur Michael Kelly a étudié à la Rutgers University (New Jersey, États-Unis) où il obtient un diplôme en biologie avec mention. Au New York College of Osteopathic Medicine, il entreprend un doctorat et obtient le titre de Doctor of Osteopathic Medicine. Officier de police, le docteur Kelly poursuit ses recherches sur le dim-mak dans le cadre des affaires criminelles et met en pratique sa connaissance martiale. Il est aujourd'hui certifié en médecine du sport, médecine interne et médecine de combat (Ringside medicine). Michael Kelly a débuté dans les arts martiaux à l'âge de six ans. Il commence par étudier le Koeikan Karate puis le Shôrin-ryû Karate. Au lycée, il pratique la lutte et remporte plus d'une centaine de victoires en compétition. Parallèlement au karaté, il étudie l'aïkido, le tang soo do et le shiatsu. Cela fait maintenant près de trente ans que le docteur Kelly poursuit ses recherches sur les effets du dim-mak sur le corps humain.






LAM Kam-Chuen

LAM Kam-Chuen, est né à Hong-Kong où il s'est initié dès l'âge de onze ans aux arts martiaux (xingyi avec maître Fung) puis il étudia nombre d'arts dont le da cheng quan avec l'héritier du fondateur. Il repré­sente aujourd'hui la 3e génération d'ensei­gnants de cette école. En 1975, il s'installe à Londres pour ensei­gner son art aux Occi­den­taux. Aujourd'hui, il est renommé pour son rôle prépondérant dans le développement des arts martiaux et éner­gétiques chinois mais aussi pour ses connais­sances d'expert en feng-shui (harmo­ni­sa­­tion de l'environ­ne­ment), en herboris­terie et en médecine traditionnelle. Il a écrit de nombreux ouvrages traitant de l'énergie, du taïchi, de la santé ou du feng shui. japonaises. Elle a réalisé deux mangas pour des 'uvres caritatives américaines et britanniques afin que les bénéfices soient reversés aux victimes du tremblement de terre et du tsunami qui touchèrent le Japon en 2011.


LANCINO Marcel

Marcel LANCINO débute le sport à quinze ans, par la natation et la water-polo. À dix-sept ans, il découvre le judo. Comme dans la plupart des clubs de judo, à cette époque, il y a le jujitsu et la boxe française. Quelques années plus tard, après avoir obtenu la ceinture noire et suivi les cours de kuatsu et seifuku de maître Awazu, il est nommé responsable de l'entraînement à la compétition de la section ados du club. Il découvre le karaté en 1964 à Antibes lors d'un cours de maître Chassany. Il a un coup de foudre pour cette discipline et en septembre 1966, il passe la ceinture noire 1er dan et décide de créer une section de karaté au sein de son club de judo. Puis, à partir de 1967, il travaille avec maître Taiji Kase, qu'il considère comme le plus grand expert mondial. Il est aujourd'hui 6e dan. Un parcours impressionnant !









LEVINE Darren

Darren Levine, ceinture noire 8e degré, est le fondateur de la Krav Maga Association, et de la Krav Maga Worldwide. Il fit partie du premier groupe constitué par le fondateur du Krav Maga, Imi Lichtenfeld, à avoir quitté Israël en 1981 pour diffuser sa discipline. Darren est un des deux experts titulaires d’un diplôme décerné par le fondateur lui-même et est le plus haut gradé en Amérique. Il a formé des milliers de civils, de policiers et de militaires à travers le Monde. Il donne des conférences sur les questions liées à l'utilisation de la force et est bien connu dans la communauté des forces de l’ordre. Diplômé de la Faculté de Droit de Loyola, Darren est Deputy District Attorney (procureur adjoint de district) depuis 1991 et a reçu de nombreuses distinctions honorifiques de l’ordre des procureurs (California Deputy District Attorney of the Year Award) et de groupes de défense des droits des victimes. Au bureau du pro­cureur de Los Angeles, il est un des principaux membres de la section de recherche des assassins de policiers.



LIU Hua-Yang

Au milieu de la dynastie des Qing (1644-1911), Liu Hua-yang pratiquait le bouddhisme Chan (zen) avant de commencer son apprentissage des arts taoïstes. Liu rassembla ce qu’il pensait être le meilleur du bouddhisme et du taoïsme en faisant la synthèse de l’alchimie interne de conservation et de circulation de l’énergie interne, de la méthode Chan de méditation, des visualisations du bouddhisme Hua-yen et de l’idée de voyage spirituel du taoïsme Shang-ch’ing. Son approche unique de la culture du corps et de l’esprit est présentée dans une série de traités dont le Hui-ming ching. Ces textes représentent le sommet de la vie de Liu Hua-yang, de toute son expérience de la pratique et de l’enseignement des arts taoïstes de la santé et de la longévité.







MACHADO Rigan

Rigan MACHADO fait partie de la grande famille GRACIE pas sa branche cousine (leur mère est la sœur de l'épouse de Carlos Gracie). Les frères Machado (Carlos, Rigan, Jean Jacques, John et Roger) ont été formés au Brésil par leur oncle, Carlos Gracie Jr, fils du Fondateur et ont tous été de grands champions. Rigan est invaincu en jiu-jitsu brésilien en plus de 13 ans de compétition. Il est également arrivé second au championnat du monde de sambo en 1994. Auteur de L’Encyclopédie du Jiu-jitsu brésilien (trois livres sur l’ensemble des techniques de jiu-jitsu brésilien), des séries vidéo L’Essence du Jiu-jitsu brésilien (trois DVD sur les clés de bras, les étranglements et les clés de jambe) et Les secrets de la demi-garde (en 3 DVD), Rigan Machado est un des pratiquants de jiu-jitsu brésilien les plus prolifiques.





















NITOBE Inazo

Inazō NITOBE (1862-1933), docteur en agronomie, fin lettré japonais et grand connaisseur de l’Occident, parlant couramment plusieurs langues, publia en 1905 ­directement en anglais Bushidō, Soul of Japan. Ce livre à destination des Occidentaux fut le premier texte qui puisa directement au cœur du Japon les valeurs de ses célèbres samouraïs. Né en 1862, il est le troisième fils d’une éminente famille de samouraïs de Morioka. Adopté par son oncle, Ota Tokitoshi qui vit à Tōkyō, ouvert à l’Occident, celui-ci le persuade d'apprendre l’anglais à l’âge de dix ans. À quinze ans, il entre à l’école agricole de Sapporo et deviendra docteur. Quand la  Société des Nations fut créée en 1920, Nitobe déménagea à Genève pour prendre le poste de secrétaire général adjoint puis de directeur de la Section des bureaux internationaux, ancêtre de l'Unesco. C’était un fervent chrétien, un éducateur et un homme qui mit tout en œuvre pour améliorer la position du Japon dans le monde. Mais par-dessus tout, sa culture samouraï et ses convictions chrétiennes le destinaient à incarner le lien entre le Japon et l’Occident. Son livre, Bushidō, l'âme du Japon, illustre ce sentiment de destin impérieux. Nitobe voyant disparaitre peu à peu les coutumes ancestrales lors de la restauration de l’ère Meiji décida d’écrire le Bushidō afin de condenser par écrit les multiples préceptes des samouraïs. Ce livre exalte le travail sur soi.



OBATA Toshishiro

Toshishiro OBATA (1948-) a passé 6 ans auprès de maître Gozô Shioda comme uchideshi (élève permanent) et y a appris les techniques de Yôshin aikijutsu. Il a été formé au sabre par Taizaburo Nakamura, Nobuharu Yagyû et Tesshinsai Uchida, et au kobudô par Motokatsu Inoue et fut champion du tameshigiri (technique de coupe du sabre) pendant plusieurs années. Il enseigna l'autodéfense dans la police anti-émeute métropolitaine, dans l'armée et dans les universités japonaises. Il rejoint, en 1973, la compagnie de cascades Tokyo Wakakoma qui réalise des chorégraphies de combat pour la télévision et le cinéma japonais. Il enseigne dans ce cadre le tir à l'arc à cheval (Bajutsu), l'art de la lance (Yarijutsu), la hallebarde (Naginata) et le port du Yoroi (armure de samouraï). En 1980, Obata s'installe aux États-Unis, poursuivant son travail d'acteur et de chorégraphe d'action ainsi que d'instructeur d'arts martiaux. Il crée le Shinkendo, un art martial issu du style de combat des samouraïs centré sur l'art du katana. Parallèlement à son travail d'enseignant, Obata occupe des rôles de figurant ou de second rôle dans divers films d'action. En 1996, Obata fonde la Aikibujutsu Tanren Kenkyukai, une école de bujutsu, d'aïkido et de taihojutsu (close-combat japonais), regroupant 60 dojos dans le monde où il dispense des stages.





OTSUKA Kazutaka

OTSUKA Kazutaka, né en 1965 à Tokyo, petit-fils de Hironori OTSUKA I, créateur du style Wado- Ryu Karaté-Do Renmei et fils ainé de l'actuel Grand Maître, s'est consacré depuis le début de sa vie active au développement du Wado-Ryu au Japon et dans le reste du monde. Parallè lement et dès son plus jeune âge il pratique de nombreux arts martiaux : iaido (3e dan de Muso Shin Den Ryu), judo (shodan), de l'aïkido et du Jodo ainsi que de la lutte et du football. Depuis sa sortie de l'Université il voyage dans le monde entier pour promouvoir le style Wado-Ryu. Dans le même temps il enseigne au dojo-mère de la fédération Internationale de Wado-Ryu à Tokyo. Marié avec une française il quitte le Japon en 2005 et s'installe en France où il enseigne depuis dans son club à Montpellier. Il est invité dans de nombreux clubs et stages pour enseigner son style et faire connaître les valeurs traditionnelles du karaté japonais. 6e dan de la FFKDA, il est nommé Expert Japonais, groupe créé pour la promotion des arts martiaux en France par la FFKDA.







PASCHY Roger

Roger PASCHY est né en 1944 à Saïgon au Vietnam. Il va devenir l'un des karatékas français les plus populaires des années soixante-dix. Il découvre le karaté à son arrivée en France en 1957, à l'âge de vingt ans. Il se lance très vite dans la compétition et les résultats ne se font pas attendre : six ans plus tard, il remporte les Championnats d'Europe, et cela, trois années de suite. Champion de France de 1973 à 1975, il sera quatrième aux Championnats du monde de Long-Beach en 1975. Champion d'Europe de full-contact en 1976, International de muay thaï (5 combats professionnels à Bangkok), on lui doit aussi l'introduction de la boxe thaïlandaise en France dans les années soixante-dix. Cette boxe s'appelait encore à cette époque 'kick boxing muay thaï'. Grand champion et comédien de films d'action, Roger Paschy est l'auteur de l'ouvrage le plus élaboré sur cette discipline.



PATROUIX-GRACIA Olivier

Olivier Patrouix-Gracia, passionné par les arts martiaux orientaux, commence sa pratique martiale en 1989 par le taekwondo (école de maître Kang) et le viet-vo-dao (than long, école du Dragon vert) tout en s’initiant à la boxe anglaise, à l’aïkido et au judo. Il abandonne les arts extrême-orientaux pour l’art martial français et plus particulièrement l’escrime sous la tutelle des maîtres Bernard Marché et Marie-Chantal Demaille (championne du monde de fleuret en 1971). À la recherche d’une activité complète, il se spécialise dans le pentathlon moderne (tir au pistolet, escrime, natation, équitation et course), sport dans lequel il obtient le brevet d’État en 1999. Il se consacre alors à l’escrime moderne et, à partir de 2000, étudie la dague et la rapière. En 2001, il obtient la maîtrise d’armes (brevet d’État d’escrime) et devient ainsi le premier maître d’armes issu du civil et non escrimeur de compétition. Un des rares maîtres d’armes à s’intéresser à l’histoire de l’escrime et plus particulièrement au combat médiéval, il est demandé dans de nombreuses fêtes médiévales françaises pour superviser les combats de démonstration. Responsable technique et pédagogique à la Société d’escrime argelèsienne de 1999 à 2006, il est aussi membre de la Commission fleuret du Languedoc- Roussillon de 2002 à 2006. Enfin, s’inspirant des méthodes de combat des Almogavares, mercenaires catalans du XIIIe siècle, il fonde l’École catalane de combat médiéval établie à La Tour de France (Pyrénées-Orientales).







PLÉE Henry D.

Henry Plée, né le 24 mai 1923 à Arras (Nord-Pas-de-Calais) et mort le 19 août 2014 à Paris, est un expert français en arts martiaux japonais.

10e dan (Japon) de karaté, Henry Plée est le pionnier du karaté en France et en Europe au début des années 19502. Il est en outre 5e dan de judo, 3e dan d'aïkido et 1er dan de kendo. Il est aussi le maître le plus haut gradé hors du Japon.

Il fonde en 1955 au 34 rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, dans le 5e arrondissement de Paris, le premier dojo occidental enseignant les quatre piliers des arts martiaux japonais, le judo, le karaté, l'aïkido et le kendo. Éditeur du premier magazine francophone d’arts martiaux (Judo kdk-Budo Magazine de 1950 à 1973) il bouscule les certitudes avec ses « Chroniques martiales » qui parurent dans les colonnes de la presse spécialisée pendant plus de vingt ans.










RODGERS Janet

Janet Rodgers est membre de la Metropolitan Police Force depuis plus de vingt ans. Elle sert aujourd’hui au sein du Serious Crime Group (service chargé des crimes graves) et travaille en contact étroit avec les victimes d’agression. En 1982, elle s’est vue décerner un prix en récompense d’un « acte de bravoure » pour avoir joué le dangereux rôle d’appât dans une opération de capture d’un violeur en série. Le magasine Woman’s Own a rapporté l’histoire et le journal Star l’a même nominée pour son Gold Bravery Award (médaille d’or de la bravoure). Aujourd’hui, Janet met son expérience de la grande criminalité à profit et enseigne la vigilance et la self-défense à des hommes et des femmes de tous âges et de toutes catégories socio-professionnelles. Ce livre que vous tenez entre les mains est le premier ouvrage jamais écrit sur le thème de l’autodéfense par un officier de police encore en service.



RONES Ramel

Rami Rones est consultant en thérapies corps-esprit aux facultés de médecine Harvard et Tufts, et co-auteur de nombreuses publications. En plus de son travail au Centre Zakim, Rami donne également des conférences et enseigne les techniques du taïchi-chuan, du qigong et des philosophies de méditation dans des hôpitaux, des institutions et des écoles du monde entier. Disciple senior du Dr. Yang, Jwing-Ming, Ramel est médaillé d'or en arts martiaux internes et externes : trois fois médaillé d'or à Shanghai en Chine, pour le taïchi, les armes en arts externes et internes (Grand Championnat National 1994) et médaillé d'or pour l'épée du taïchi et du kung-fu, en 1994. De 1991 à 1993, Ramel a remporté des médailles d'or en poussées de mains du taïchi et en sabre lors de la compétition internationale d'arts martiaux chinois d'Amérique du Nord.


ROUMI Jalalou'ddin

Jalâlou’ddin Roumi (1207–1273), fils de théologien, est né à Balkh dans l’actuel Afghanistan (partie de l’empire perse). Il succéda à son père à la tête d’une importante école coranique. Il est le fondateur de la confrérie des Mevlevis, bien connus pour leur danse rituelle dite des « derviches tourneurs ». Il a influencé des milliers de disciples au cours des siècles par sa poésie et la vision qu’il offre de la relation à Dieu comme voie d’amour, accordant plus d’importance à l’expérience intérieure qu’à la stricte observance de la loi coranique. Aujourd’hui, on le considère comme le poète du monde arabe le plus célèbre. Parmi ces œuvres, des textes destinés aux amoureux, aux amis, à la famille, des conseils pour le travail et bien d’autres choses touchant le domaine spirituel.




SAITO Morihiro

Morihiro Saitō (1928-2022) était un maître d'aikido (9e dan), élève direct du Fondateur. Maître Saitō pratiqua l'aïkido pendant 56 ans, de l'âge de 18 ans, quand il rencontra le fondateur de l'aikido Morihei Ueshiba, à sa mort en 2002. Avant sa mort, Morihei Ueshiba donna à Morihiro Saito la responsabilité de l'enseignement au dojo d'Iwama, ainsi que la garde de l'Aiki Jinja. Au début des années 1970, de nombreux élèves étrangers vinrent s'entraîner à Iwama sous sa direction. Leur type d'aïkido est souvent qualifié de Iwama aikido (ou Iwama ryū), et ils obtenaient leur grades directement d'Iwama et non de l'Aïkikaï. Morihiro Saitō ne quitta jamais la structure de l'Aïkikaï, et à sa mort, la responsabilité du dojo d'Iwama fut confiée à son fils, Hitohiro Saitō.


















STROM James

James STROM débuta son parcours d’entraîneur de fitness durant les années 1980 avec les stars du football américain du fameux club des Rams de Los Angeles. De 1993 à 1998, il est coach principal des Trojans de l’Université de Californie du Sud et est à ce titre responsable des 19 sports universitaires, masculins et féminins. Au nombre des athlètes qu’il a accompagnés figurent la championne olympique de basket Lisa Leslie, la championne olympique de natation Janet Evans et une pléiade de joueurs de football américain de premier rang. En 1998, il est l’entraîneur particulier de l’acteur Forrest Whitaker et de Royce Gracie qu’il rencontre grâce à un article sur la préparation physique des volleyeurs qui parait en 1995 dans le magazine Muscle and Fitness.




TALHOFFER Hans

Hans TALHOFFER (1420-1490) est un maître d'armes, escrimeur et stratège, originaire du sud de l'Allemagne. Il a laissé trois manuscrits enluminés, rédigés en souabe (dialecte germanique), considérés comme des témoignages importants sur la vie quotidienne et l'état des techniques au XVe siècle.Il est l’auteur de trois Fechtbücher, des traités illustrés à la plume sur des feuilles de parchemin et nuancé à l’encre de Chine. Les manuscrits décrivent les méthodes de combat utilisant une grande variété d’armes, et incluant le combat à mains nues (lutte), la dague, l’épée longue, le bâton, le bouclier, et le combat monté. Certains passages renvoient à des combats entre homme et femme. D'autres passages montrent des illustrations de mécanismes et engins de siège.



TAMURA Nabuyoshi

Nabuyoshi TAMURA (1933-2010) était le plus célèbre maître d'aïkido de France où il s'installa en 1964 et enseigna jusqu'à sa disparition récente. Fils de professeur de kendo, il entra à l'Aikikai Honbu Dôjô en 1953 comme uchideshi de Morihei Ueshiba, le fondateur de l'aïkido, jusqu'en 1960. On le reconnait sur beaucoup de photos d'action du Fondateur. Il s'installe en France, en 1964, et y développe la pratique de l'aïkido. Kisshomaru Ueshiba lui attribue le 8e dan (diplôme n° 25) le 1er octobre 1975. Il devient directeur technique national (DTN) de la fédération française d'aïkido et de budo (FFAB) qu'il a aidé à créé dans les années 1980. Dès lors, il œuvrera au développement de l'Aïkido en France (et dans le monde), formant des dizaines de hauts gradés et assurant la dynamique de la Fédération FFAB. Il se vit proposer le 9e dan qu'il refusa car pour lui, seul son maître décédé aurait pu le lui remettre.












UESHIBA Morihei

Morihei UESHIBA (1883-1969) est le fondateur de l’aïkido, art martial à la renommée internationale qui bénéficie à l’heure actuelle d’une très grande popularité. Après avoir étudié assidûment les grands styles classiques de l’art du combat japonais, il crée son propre art martial d’une originalité sans précédent, enrichi par les enseignements spirituels du culte shintô de l’Ômoto-kyô. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Morihei Ueshiba crée à Tokyo la fondation Aikikai pour promouvoir la diffusion de l’aïkido dans le monde entier mais délègue la gestion de ce centre à son fils, Kisshômaru. Il se retire à Iwama, dans la campagne japonaise, pour cultiver les fruits de la nature et ceux de l’esprit dans la sérénité propice à la réflexion et à la création. Il meurt en 1969 après avoir consacré sa vie entière à son art et à la recherche intérieure.


UESHIBA Moriteru

Moriteru UESHIBA (1951-), est le fils de Kisshômaru Ueshiba et le petit-fils de Morihei Ueshiba, fondateur de l'aïkido. À la disparition de son père, il fut nommé par le conseil des anciens troisième Doshu (Maître de la Voie) de l’aïkido. Diplômé de l’Université Meiji Gakuin, il est nommé maître du Centre mondial de l’aïkido en 1986 puis président de la Fondation Aïkikaï en 1996. Depuis 1999, il représente la plus haute autorité de l’aïkido mondial sous le titre de président permanent de la Fédération internationale d’aïkido. Il occupe de nombreux postes en relation avec le monde des arts martiaux traditionnels dont celui d’administrateur du Nippon Budokan (conservatoire des arts martiaux traditionnels japonais) à Tokyo.











WHITMAN John

John Whitman, ceinture noire 5e degré, est le fondateur de la Krav Maga Alliance et a été 7 ans président de la Krav Maga Worldwide. Diplômé de l’Université de Berkeley, il est titulaire d'un diplôme d'instructeur de la Krav Maga Association of America (Association Krav Maga d’Amérique) et de la Orde Wingate Institute for Physical Education and Sports (Institut d’Éducation physique et sportive d’Israël). De plus, il a été formé à l'Institut Militaire Israélien (IMI) en matière de protection personnelle et de protection d'installations. John enseigne le krav maga depuis 1994 et a formé des milliers de civils ainsi que des policiers et des unités militaires, notamment le bureau des enquêtes spéciales des forces aériennes, des forces spéciales antiterroristes et le groupe des opérations spéciales des forces de défense japonaises. Titulaire d’une maîtrise en littérature de l’université de Boston, il a été rédacteur en chef chez Time Warner Audio et a écrit plus de vingt-quatre romans dans l’univers de Star Wars et de 24h Chrono.








YANG Jwing-Ming

Le docteur Yang Jwing-Ming (1946-) est, parmi les enseignants d'arts martiaux chinois, l'un des auteurs les plus célèbres et respectés d'Occident. Il est expert en kung-fu des styles de la Grue Blanche (Bai He) et du Long Poing (Changquan), en taïchi-chuan (Tajiquan), en chi-kung (Qigong) et en médecine traditionnelle. Natif de Taïwan, il a 60 années de pratique à son actif et a écrit plus de 30 ouvrages qui font autorité. Il a fondé à Boston la YMAA qui comprend 30 écoles dans 15 pays. Il a sillonné le monde pour enseigner dans les différentes écoles de son groupe. Il quitte la côte Est pour la Californie où il enseigne à un groupe restreint d'élèves de 2008 à 2018 afin de transmettre l'intégralité de ses connaissances. Aujourd'hui, il poursuit son enseignement à distance par le biais de ses livres, vidéos, et cours en ligne.







Menu